Les classes de voiliers radiocommandés

Les classes de voiliers radiocommandés

Actuellement seules quelques classes sont représentées dans notre ligue

La classe IOM ou 1M

C’est la plus récente des classes de voilier radiocommandé reconnue par l’ISAF (fédération internationale de voile). Elle se développe à grands pas et elle est régie par une Association Internationale de Classe.
  Comme les autres classes de voiliers radiocommandés (classe Marblehead, classe 10R, multicoques) la principale différence avec les voiliers dits grandeurs est qu’il n’y a pas d’équipage à bord du bateau, toutes les manœuvres sont exécutées depuis la berge au travers d’une radiocommande. Les règles de course appliquées au cours des régates sont les mêmes que celles des voiliers grandeurs hormis quelques aménagements liés à la spécificité des voiliers radiocommandés

Le concept qui est basé sur une monotypie des gréements (les dimensions des mats et des voiles sont définies strictement) laisse quand même une certaine liberté en ce qui concerne la forme des carènes.

  Les principales règles de la classe sont :
– Longueur : 1m, ou 1 mètre maximum
– Poids : 4kg minimum
– 3 gréements monotypes (répondant à des contraintes précises de taille et d’accastillage)
– 2 voies seulement pour la radiocommande
– Les matériaux exotiques (carbone, Kevlar,..) sont interdits pour la fabrication des coques.

Ces règles permettent de réaliser des coques très différentes, compétitives qui peuvent être réalisées à des coûts très modiques (coques à bouchains ou en bois).

  Des bateaux très différents (larges ou étroits) concourent sur les différentes régates avec des performances souvent très proches.

  Les parcours, de type Triangle Olympique, sont matérialisés par des bouées espacées de manière à ce que les bateaux restent correctement visibles par leur pilote et les juges observateurs.

  En moyenne les manches durent environ un quart d’heure. En fonction de la force du vent, cela peut être plus rapide, le temps limite pour effectuer le parcours en cas de « pétole » étant d’une demi heure.

  Les classes 1M peuvent naviguer par des vents atteignant les 100km/h.

  Seule la pratique régulière de ce voilier permet d’acquérir l’habileté nécessaire pour disputer les premières places dans une régate.

  Le principal avantage de l’IOM (International One Metre, pour les anglo-saxons) réside dans la possibilité de réaliser un bateau compétitif à moindres coûts.

  La tonicité et le développement rapide de la classe favorisent un important marché de l’occasion. Celui-ci permet aux gens qui ne souhaitent pas construire de trouver rapidement le bateau de leurs rêves pour participer aux régates organisées par la FFVoile.

La classe M

Un Classe M, c’est quoi ???

Nous allons vous présenter le Classe Marblehead ou plus familièrement le Classe M.

Les coques

Il s’agit d’un type de voilier radio-commandé, de type monocoque mesurant environ 1,28 m suivant une jauge unique. La surface de voilure est limitée à environ 0,5 m² et il n’y a pas de restrictions sur les matériaux de contruction sauf pour le lest ou la densité ne doit pas dépasser celle du plomb.

A l’heure actuelle le charme du bois à quasiment disparu, adieu les belles coques en lattes de red cédar… Les coques sont construites à base de tissus de Carbone et/ou Kevlar imprégnés de résine Epoxy. Pour les appendices, le Carbone domine jusque dans les gréements.

Nos bateaux pèsent environ 4,5 Kgs pour une lest de 3,2 Kgs environ, les dérives les plus profondes peuvent culminées jusqu’à 60 cms en dessous de la coque.


Quelques bateaux lors des Championnats dee France 2005

Les Gréements

Les bateaux actuels sont gréés principalement avec des balestrons intégraux, le mât faisant office d’axe de rotation pour une bôme unique sur laquelle vient se prendre la GV et le foc. Il existe aussi des grééments « classiques » avec une bôme pour la GV et une bôme pour le foc. Certains coureurs ont des bateaux « hybrides » avec des balestrons pour les petis airs et des gréements classiques pour les vents soutenus.

Tous les espars sont réalisés à base de tubes en fibre de carbone, les voiles sont généralement réalisées en tissus mylar ou dacron.

Les Compétitions

La Classe M est une classe dynamique avec pas moins de 200 coureurs classés au niveau national en 2004. Les régates sont généralement courues sur une journée et courues sur des parcours olympiques. Certains clubs propose des régates nationales ou internationales sur plusieurs jours. Chaque ligue possède un calendrier suffisament chargé pour permettre à chacun de régater tout au long de l’année.

Au mois de mai de chaque année, les Championnats de France ont lieu pour départager les meilleurs coureurs se positionnant dans les 60 premiers du classement national annuel. Des championnats d’Europe et du Monde sont courus tous les deux ans regroupant ainsi les meilleurs représentants de chaque pays.

Les règles de courses sont les mêmes que pour les dériveurs ou les croiseurs avec quelques adaptations contenues en annexe de ces mêmes règles.


Un départ de régate en Classe M

Le budget

Pour commencer à courrir avec un Classe M, demandez autour de vous, le marché de l’occasion est fourni et pour quelques centaines d’Euros, vous pouvez commencer à régater. Après, quand le virus vous aura gagné, vous pourrez contacter un professionnel ou un particulier chevronné pour acheter un bateau neuf et des voiles neuves. Vous pouvez aussi devenir architecte, constructeur, voilier, préparateur et tout cela dans votre garage…

Choisissez la meilleure formule et bon vent…


« C’est lequel mon bateau ? »

Conclusion

J’espère que cela vous aura donné envie de venir en découdre avec nous sur les plans d’eau ! N’hésitez pas, contactez nous, nous vous transmettrons les coordonnées des clubs et responsables de ligue qui vous renseignerons sur les régates à venir près de chez vous.


Il y a une place de libre pour vous !

La classe TEN RATER ou 10R

Voilier de compétition. Série internationale .

Créé en Angleterre à la fin du 19ème siècle, il est utilisé pour la voile modèle depuis 1890.

La construction de ce monocoque est soumise à une formule de jauge simple ou tous les matériaux sont autorisés

La jauge permet d’avoir un bateau ayant une ligne de flottaison courte et possédant une grande surface de voile ou à l’inverse , ce qui donne sur l’eau de magnifiques régates.

Ces voiliers ont des lignes superbes et procurent un réel plaisir à barrer.

Ils pèsent en moyenne dans les 6kg et mesurent selon les plans plus de 1,60m.

Depuis peu, 5 bateaux de ce type naviguent sur la région

Le MicroMagic ou MM

L’histoire du MM débute vers les années 1990 aux Pays-Bas.

Le Kit d origine proposé par Graupner et relativement aisé à monter pour tout bricoleur.

C’est un bateau de petite taille avec tous les réglages que l on peut trouver sur des bateaux de taille supérieure.. Il est agréable a piloter et surtout se glisse facilement dans votre voiture..

Il est pour moi un bateau école pour arriver vers les classes « supérieures »..

Il conviendra aussi bien au débutant qu au régatier.

Cette nouvelle Classe est très active dans les pays nordiques et attire de plus en plus de monde en France grâce au dynamisme de ses possesseurs.

Je vous invite à aller faire un tour sur leur site…

Le Footy

Site en Angleterre FORUM en anglais

Le Footy c’est…

… Un très petit bateau à voiles dont la longueur est de 30.5 cm.
La coque peut être faite à partir d’un moule de fibre de verre ou simplement avec des bordées minces de contre-plaqué contre collées.

Deux servos sont utilisés, un pour contrôler la voile et un pour le gouvernail.

Quelques plans sont à vendre, d’autres gratuits .
Pour maintenir la competitivité, les concepteurs de Footy ont proposé un ensemble de règles pour maintenir tous les bateaux semblables à un certain degré.
Il y a une communauté active et grandissante de skippers de Footy en Nouvelle Zélande, au R-U et aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Fermer le menu